Réflexion sur la future organisation territoriale

RÉFLEXION SUR LA FUTURE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA SAVOIE (73/74)

La Savoie est un pays de montagne où le facteur densité de population est déterminant.
Déjà nos vallées sont populeuses et les limites permises sont atteintes.
Naturellement le facteur économique et densité de population sont étroitement liés. Afin d’assurer le bon fonctionnement de notre économie une logistique des transports reste à étudier.

Mais quelles sont nos activités économiques : Elles sont de plusieurs natures.
• agricole, culture céréalière, maraîchère, viticulture,
• laitière, élevage, industrielle,
• sidérurgie, chimique, mécanique, décolletage, robotique, industrie du bois, tertiaire, touristique, commerciale

Quelles sont leur situation géographique sur notre territoire ?
Pour l’agriculture, notamment céréalière, elle se situe dans les anciennes vallées glacières, où les terres sont très riches (Combe de Savoie, Basse –Tarentaise, Basse-Maurienne, Chautagne, Vallée de l’Arve et en Chablais…).
Les versants de ces vallées sont souvent « zone de viticulture et aussi maraîchère ».
Bref en ce qui concerne l’agriculture nous avons à faire à une dispersion toute naturelle !

Qu’en est-il pour l’industrie ?
Nous constatons une certaine similitude avec le secteur agricole.
En effet :
L’énergie hydraulique puis hydro-électrique est à l’industrie ce que sont les terres arables à l’agriculture, indispensable pour la sidérurgie et l’industrie chimique.
C’est pourquoi certaines se sont établies dans des lieux propices où des retenues d’eau ont pu être édifiées.
Il est à remarquer que pour certaines ce fut une suite logique de la tradition comme Ugine où l’on élaborait du charbon de bois, matière indispensable pour les forgerons d’alors, sans oublier les charbons des mines de Tarentaise, La plagne, Entrevernes…

Pour des raisons similaires, la Maurienne voyait un tout petit peu plus tard l’établissement de fonderies, aciéries et surtout la fabrication du nouveau métal : l’aluminium.
Et cette fabrication gourmande en énergie électrique trouva naturellement à Saint-Jean-de-Maurienne, puis à Venthon des lieux propices à son développement.
La sylviculture et son industrie, comme la sidérurgie, sont localisées naturellement vers les zones boisées et riches en ressources hydrauliques. Scierie de Randens, Thônes et bien d’autres.
Voici une énumération rapide…

Que constate t-on ?
Anciennement, mais toujours certes en moindre mesure, le transport de l’électricité génère beaucoup de gaspillage (perte ohmique, transformateurs…) des nuisances et pollution (courants induits, pylônes, câbles enfouis…).
Voici une des raisons principales expliquant encore la présence de certaines de nos usines…
Mais, afin d’éviter de disperser les activités, un regroupement par pôle est souhaitable car il éviterait naturellement les transports abusifs générateurs de nuisances et de pollution de toute sorte comme les destructions de terres fertiles par les réseaux de distribution routiers.
Certaines provinces comme le Faucigny et particulièrement la vallée de l’Arve où le décolletage s’est fortement développé ; une bonne partie de la population trouve alors le travail sans trop de déplacement…
Le but à atteindre est d’éviter une dispersion excessive d’activités similaires, afin d’adopter une logistique de transport performant.
Les artères ferroviaires existantes ne peuvent à elle seules permettre les connexions locales de manière satisfaisante puisque leur vocation sont les relations internationales. (Fréjus, vers la Confédération Helvétique par les voies du tunnel de Saint-Gothard), etc…
Il est donc nécessaire d’en créer d’autres dédiées au trafic local.
Grâce à de telles initiatives, les nuisances automobiles seraient fortement atténuées. (Destruction de village causé par l’élargissement de voies routières ou détournement) entraînant la destruction de terres cultivables.

Un constat s’impose :
Les liaisons secondaires en Savoie se sont peu développées pour des raisons politiques et de stratégies militaires (plan Freycinet de 1879 inappliqué en Savoie).
De nos jours nous en subissons les conséquences (par exemple la relation Albertville-Annecy).
C’est pourquoi une répartition judicieuse des différentes zones d’activités et la création de nouvelles veines de communication deviennent essentielles.
Les techniques modernes de « Tram-Train » combinées avec des circulations cadencées permises grâce à un système de cantonnement efficace permettront le désengorgement actuel.
Dans un même temps il devient absolument nécessaire de rétablir certaines liaisons.

Qu’assistons-nous sur la rive Savoisienne du Léman ?
La voie reliant le Bouveret, Saint-Gingolph, Thonon, Evian, Annemasse, Genève est coupée : La ligne dite du Tonkin interrompue depuis bien des années, la voie ferrée interceptée par un glissement de terrain !
Les fameuses usines d’embouteillage des eaux d’Evian, Thonon sont privées de cette relation, le trafic refluant vers Genève puis Culoz pour continuer vers Chambéry, Modane, Turin … Ce sont tout de même 3 millions de tonnes par an qui maintenant transitent en partie par voie routière !
Il va de soi que le service voyageur a du mal à soutenir dans ces conditions des relations cadencées !
Voici un exemple prouvant l’urgence d’appliquer en Savoie une politique cohérente à propos du réseau ferré.
Une liaison entre Sallanches et le Val d’Aoste est nécessaire ; elle permettrait de joindre aussi les pays de Tarentaise, Bourg-Saint-Maurice, Albertville, Genève, Canton de Vaud et le Valais, le Piémont, le Pays Nissard.
Bref une synergie des transports au sein de l’Arc-Alpin reste à établir…

Le tourisme et le transport :
Cette activité est saisonnière et surtout marquée par la période hivernale amenant en Savoie une population importante venue des grandes métropoles Françaises et d’autres…
Bien des problèmes sont générés par cette « transhumance ». Le transport est l’un d’eux.
Depuis déjà 4 décennies notre territoire se fait envahir de véhicules automobiles pour la plupart des voitures particulières.
Les jeux olympiques qui se déroulèrent en Savoie apportèrent les nouvelles voies autoroutières qui aujourd’hui ne résolvent pas la saturation et les nuisances induites.
Affronter les causes nous donneraient la solution.
Comme nos voisins alpins, Suisses, Italiens, Autrichiens, l’accès au zones skiables doivent être interdites aux véhicules particuliers.
De cette façon, les stations ne deviendraient pas d’immenses zones de stationnement…
Les grandes gares ferroviaires se doivent d’accueillir cette population et de les diriger vers les sites qu’ils auraient choisis en suivant des veines ferroviaires nouvelles ou existantes réaménagées.
Voici une projection qui mérite une attention particulière.
Naturellement de telles dispositions permettraient un autre déploiement de l’activité hôtelière aussi commerciale sous diverses formes.

Réseau de transport Réseau de transport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *